Autour de l’analphabétisme

En Suisse, lire et écrire ne vont pas de soi. Selon les évaluations de l’étude ALL (Adult Literacy and Lifeskills Survey), les compétences de lecture de 16% des Suisses sont insuffisantes. S’ils sont capables de déchiffrer un texte, ils n’en comprennent pas toujours le contenu. En Suisse, on désigne ce phénomène par illettrisme.

Le terme est habituellement défini comme suit : « L’illettrisme est un phénomène social décrivant le fait d’adultes qui parlent la langue du pays ou de la région dans laquelle ils vivent, qui ont fréquenté l’école obligatoire, mais qui maîtrisent mal les compétences de base – la lecture, l’écriture et le calcul. »

L’illettrisme est synonyme d’ « analphabétisme fonctionnel » et doit être distingué de l’analphabétisme, qui concerne des personnes qui n’ont jamais fréquenté l’école et n’ont pas eu la possibilité d’apprendre notre système d’écriture.

Source: www.alice.ch